google5292720498a5e241.html

16/09/2021

Jacky Battail - Portrait.jpg

Jacky Battail : un nom prédestiné pour le président de l’association « Le Monde Combattant », fervent défenseur de la mémoire. Rencontre avec ce grand homme passionné et passionnant.


Ambassadeur de la mémoire

« Je suis né pendant la seconde guerre mondiale, en 1941. Mon père était modeleur sur bois. Il a travaillé, entre autres, sur la construction du téléphérique de la Bastille, qui surplombe Grenoble », se souvient Jacky Battail. « Lorsque la guerre a éclaté, il a dû abandonner son poste pour celui de mineur. Ma maman était à la maison, elle prenait soin de ma petite-sœur et moi ».


La tête dans les étoiles

Jacky Battail apprend le métier de chaudronnier, puis il rentre à l’armée. « J’ai fait mes classes pendant trois mois en Allemagne, avant de partir pour la guerre d’Algérie, de 1961 à 1963 », poursuit-il. A son retour en France, des problèmes de vue l’obligent à se réorienter : il choisit l’électrotechnique et le secteur spatial, plus précisément. « J’ai pris des cours du soir pour devenir ingénieur ». En 1963, il est recruté par Air Liquide, leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé, à Grenoble. « J’avais un poste très intéressant au centre d’étude cryogénique ».

Chercheur d’élite
C’est en 1969 que Jacky Battail et son épouse arrivent dans la région et emménagent à Villefranche-sur-Saône. « J’ai reçu une proposition des établissements Thomson, à la direction des recherches spatiales. J’ai développé deux brevets à cette époque. J’étais un chercheur passionné et je le suis resté toute ma vie : aujourd’hui encore, tant que je ne trouve pas la solution à un problème, je ne peux pas me coucher ! ».
Quatre ans plus tard, c’est à Limas que le couple pose définitivement ses valises. Jacky Battail fait alors la connaissance du maire, M. Gayot. Il s’investit au sein du tissu associatif limassien, au Comité des Fêtes notamment, puis en tant qu’élu : d’abord conseiller municipal à partir de 1977, il deviendra adjoint de 2001 à 2008, date à laquelle des problèmes de santé l’obligent à mettre un terme à son mandat.

Lutter contre l’oubli
A Limas, beaucoup connaissent aussi Jacky Battail en tant que fervent défenseur du souvenir et ambassadeur du devoir de mémoire. « Mon oncle était prisonnier de guerre en 39-45 et j’ai fait la guerre d’Algérie : je me suis senti investi d’une mission. C’est alors que j’ai créé "Le Monde Combattant" en arrivant à Limas, en 1973. J’en suis toujours le président à ce jour ». 
 
Devoir de mémoire
Le Monde Combattant regroupe toutes les associations à vocation patriotique de la commune. Son but est de perpétuer le souvenir de tous ceux qui sont morts pour la France. « A une époque, j’intervenais dans les écoles avec M. Beau, fondateur du Comité Histoire et Patrimoine et le Dr Claude Kalfon. Nous avons un devoir de mémoire : c’est essentiel de partager nos souvenirs pour que les plus jeunes sachent et comprennent ce qui s’est passé et combien il est important de vivre dans une France libre ».
 
Une grande famille

« L’association a rassemblé jusqu’à une centaine d’adhérents : tous les anciens combattants de 14-18 et de 39-45, les prisonniers de guerre et les combattants d’Algérie, Tunisie et Maroc. Mais nous sommes de moins en moins nombreux », regrette-t-il. « Outre les cérémonies commémoratives et d’hommage rendu à ceux qui sont morts pour la France, on se retrouve lors de moments conviviaux : on organise des repas, des sorties ou des voyages », ajoute-t-il, avant de conclure : « C’est ma seconde famille ! ».